webleads-tracker

[Portrait] Qui est le président fondateur d’Incotec ?

Incotec vous propose aujourd’hui un portrait de son Président André Hentzler, sous forme d’interview.

Miniature


Qui est André Hentzler ?

AH. « Je suis quelqu’un qui a vu pas mal de choses sur le plan professionnel et économique, qui a fait des choses très intéressantes qui lui ont plu. Ça continue de me plaire, j’ai encore beaucoup de projets, c’est encore un grand futur qui – j’espère – m’attend. »

 

Quel est votre parcours ?

AH. « J’ai fait des études d’ingénieur dans le domaine de la physique. C’était très intéressant pour moi car la physique traite des phénomènes de la nature qui ont toujours attisé ma curiosité. L’un de mes premiers emplois fut dans le monde de la télécommunication, avec l’entreprise Alcatel, où j’étais chargé de la veille technologique.  Il y avait beaucoup de projets et il fallait les coordonner et les approfondir. »

 

Comment est né Incotec ?

AH. « Le déclencheur a été une volonté de créer quelque chose, et puis bien sûr une opportunité. Un industriel régional nous a proposé de mettre en route l’informatisation de son entreprise. Cette entreprise importait des composants et équipements japonais qu’ils adaptaient ensuite au marché français. L’informatique présentait pour eux un avantage considérable pour la fiabilité et le service après-vente notamment.

Cela nous a permis de financer le coût de démarrage d’Incotec avec une première version de notre logiciel ERP.  Il se composait alors d’une gestion financière avec comptabilité, stock et une partie de service après-vente.

Au fur et à mesure, nous l’avons complété avec une gestion commerciale et une planification de production, ce qui nous a permis de démarcher d’autres entreprises régionales. Grâce à cette référence et à cette expérience nous avons pu compléter notre clientèle et élargir notre marché. »

 

Et la gestion des temps dans tout ça ?

AH. « La gestion des temps fut une autre aventure. Vers les années 1995/2000 nous avons vu arriver sur le marché de très grands acteurs de l’ERP et nous avons eu un raisonnement stratégique de diversification. Nous avions déjà fait une gestion de temps pour deux clients de notre ERP. Nous avons appris le métier et les enjeux de la gestion des temps avec eux. Nous avons analysé ce marché qui était ouvert et non saturé d’acteurs.

Par ailleurs, la gestion des temps concerne les Ressources Humaines et c’est un sujet intéressant car ce sont les humains qui font marcher les entreprises. Cela nous a paru fondamental de s’atteler à la gestion des humains dans l’entreprise.

 

Comment a grandi l’entreprise en 40 ans ?

AH. « Nous étions deux personnes au démarrage d’Incotec et nous sommes désormais une quarantaine. C’est un choix personnel d’avoir maintenu la structure à cette taille et de ne pas avoir fait intervenir d’investisseurs. Nous avons trouvé un équilibre avec nos clients qui nous permet d’avoir un chiffre d’affaires suffisant pour rester à la pointe de la technologie. Le client est satisfait car il bénéficie des dernières technologies, et nos équipes sont sereines car elles ne sont pas bridées par des pouvoirs extérieurs dans l’expression de leur créativité. »

 

Est-ce qu’Incotec recrute  en ce moment ?

AH. « Nous sommes dans une phase de recrutement importante, pour aborder un marché qui est en croissance et qui nous demande des ressources humaines.

Nous cherchons des ingénieurs informaticiens qui ont essentiellement de la créativité et qui sont capables d’imaginer les solutions de demain. Les ingénieurs de conception sont essentiels pour notre futur.

Nous recherchons également des profils commerciaux qualifiés qui connaissent notre métier  et qui sont capables de comprendre les besoins relativement sophistiqués de nos clients.

Enfin, pour que tous ces systèmes fonctionnent, il ne faut pas oublier les chefs de projets qui mettent en œuvre notre logiciel et qui sont capables de comprendre d’une manière très approfondie et très détaillée les besoins du client et de paramétrer en conséquence nos logiciels et de les mettre en œuvre dans les meilleures conditions.

Voilà les trois types de profils qui sont pour nous essentiels. »